Burri Ernest 24 - Aviation History Switzerland

Aviation History Switzerland
Direkt zum Seiteninhalt

Ernest BURRI
*  08.2.1887......LA CHAUX-DE-FONDS
†  24.6.1969
......La Ciotat - Bouches-du-Rhône
Brevet  No.:  24  

Burri Ernest Herbert

Ernest Burri, né le 8 février 1887 à La Chaux-de-Fonds en Suisse et mort le 24 juin 1969 à La Ciotat dans les Bouches-du-Rhône en France1, était un aviateur d’origine suisse naturalisé français. Pionnier des hydravions, il fut pilote d'essai pour les Chantiers aéro-maritimes de la Seine (CAMS) fondés en 1920 par son compatriote suisse Laurent-Dominique Santoni. Il fut aussi pilote de records, et se classa à la deuxième place de la Coupe Schneider 1914.


  • 18.05.1912  - Ernest Burri macht sein Flugbrevet in Chalon auf einer Sommer Flugmaschine

  • 1912 - 1913     - Balkankrieg - E. Burri flog bei der Bulgarischen Flugwaffe 8 Monate lang als Instrukteur und Militärpilot

  • 20.04.1914 - Teilnahme an der 2. Schneider Trophy in Monaco mit seinem FBA Wasserflugzeug

  • 1914 - 1918  WWI - Im I. Weltkrieg flog er für die französische Luftwaffe.FBA

Biographie

Formation


Attiré par l’automobile, Ernest Burri effectue un apprentissage de mécanicien. En 1911, il s’expatrie en France et s’oriente vers l’aviation. Le 18 mai 1912 à Mourmelon il obtient son brevet de pilote suisse, numéro 24, sur biplan Sommer. Il accomplit de nombreux vols avec des passagers, et établit un double record suisse de durée de vol et de distance franchie avec passager, en parcourant 80 kilomètres en 48 minutes1.

Pilote de guerre


Lorsque la guerre des Balkans éclate en 1912, les pays belligérants manifestent un fort intérêt pour les possibilités nouvelles qu’offre l’aviation, mais ne disposent pas d’aviateurs formés. Aussi ils vont les chercher en Europe de l’Ouest. La Bulgarie emploiera une vingtaine de pilotes mercenaires, ou plus poétiquement "soldats de fortune"2. Le 28 octobre 1912, Ernest Burri, alors âgé de 25 ans, arrive à Mustapha-Pacha (actuelle Svilengrad) en Bulgarie, appelé par le gouvernement, pour être instructeur et pilote de guerre. Il effectue de nombreuses missions de reconnaissance sur le front, à bord de biplans Sommer et Farman. En seulement un mois, du 27 février 1913 au 28 mars 1913, il accomplit 80 vols et parcourt 3 550 km. Il est le premier aviateur de l’armée bulgare à survoler la capitale ennemie, Constantinople, et la mer de Marmara à 2 000 mètres d’altitude. En reconnaissance de ses services, il est nommé sous-lieutenant du Génie en mars 1913 et reçoit deux décorations : la Croix de la bravoure, qui ne se donne qu’en temps de guerre, et la Croix du mérite national2.

La paix est signée en mai 1913, il rentre en France en juillet, et entre au service du constructeur d’hydravions Levêque. Le 21 avril 1914 à Monaco il participe à la Coupe Schneider sur hydravion Donnet-Lévêque et se classe deuxième. Le lendemain 22 avril 1914, il établit le record du monde d’altitude pour un hydravion, en montant à 1 600 mètres puis 2 000 mètres. Il effectue en juin 1914 une tournée de démonstration en Russie. Au début de la Première Guerre mondiale, il est mobilisé le 2 août 1914 dans l’aviation suisse, avec le grade d’adjudant. Après six mois en Suisse, il obtient d’être démobilisé (son pays est neutre) et rentre en France. Il met au point les avions sortis d’usine pour les Alliés1.

Pilote civil


Dans les années 1920, il est pilote d’essai d’hydravions pour la Franco-British Aviation Company (FBA), Blanchard, les Chantiers aéro-maritimes de la Seine (CAMS) et la Société provençale de constructions aéronautiques (SPCA). Le 22 avril 1924 il bat le record de France d’altitude en atteignant 4 000 mètres. Le 9 août 1924 il bat le record du monde de vitesse en hydravion avec passager, à bord du prototype d’avion de transport civil quadriplace CAMS 30 T, dérivé de l’avion d'entraînement militaire CAMS 30E : il parcourt 500 kilomètres à une moyenne de 123,986 km/h. Il monte sa propre compagnie de transport et créée une ligne aérienne commerciale entre Marseille et Alger. Il accomplit personnellement dix-sept traversées de la Méditerranée. Il obtient la nationalité française en 1927, et reçoit la Légion d’honneur. Après avoir accumulé 9 000 heures de vol, il cesse de voler avant la Seconde Guerre mondiale, en 1936. Il se retire à La Ciotat est devient patron du garage Meteor, aidé par son fils Albert1. Il décède le 24 juin 1969 à La Ciotat3, et est inhumé au cimetière Sainte-Croix1.

Distinctions

BulgarianWarTime - Croix de la bravoure
Croix du mérite national
Chevalier de la Légion d'honneur


                                


E.Burri auf dem Pferd in Bulgarien neben seinem Sommer R-3  Prototye Beobachtungsflugzeug (Januar1913)

                               


FBA mit Gnome Monosoupape Motor 100 PS mit 82.35 Km/Std

Ansichtskarten

Abgestürzte Wild auf dem
Hotel Löwen in Schlieren


ETHBIB_Bildarchiv_LBS_SR02-10079_459074

Abgestürzte Wild auf dem
Hotel Löwen in Schlieren


ETHBIB_Bildarchiv_LBS_SR02-10079_459074


Kennung:  
Ort:
Datum:
Publisher:
Nr.

Kleinformat

Abgestürzte Wild auf dem
Hotel Löwen in Schlieren


ETHBIB_Bildarchiv_LBS_SR02-10079_459074

Abgestürzte Wild auf dem
Hotel Löwen in Schlieren


ETHBIB_Bildarchiv_LBS_SR02-10079_459074

Links

Abgestürzte Wild auf dem
Hotel Löwen in Schlieren


ETHBIB_Bildarchiv_LBS_SR02-10079_459074

Ernest BURRI
*  08.2.1887......LA CHAUX-DE-FONDS
†  24.6.1969
......La Ciotat - Bouches-du-Rhône

Zurück zum Seiteninhalt